• La suite......<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite s'écrit au vent du matin<o:p />



    Lorsque la nuit a chanté ses alexandrins<o:p />



    Et dans un délice soucieux de la mélancolie<o:p />



    Elle te guette décoiffée au sortir du lit<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite......<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite s'étend comme le corps du mourrant<o:p />



    Rassemblant ses forces dans un dernier élan<o:p />



    Mourir et s'envoler de cette terre si violente<o:p />



    Et attendre sous le neuvième porche Dante<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite......<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite se donne comme un précieux trésor<o:p />



    Elle attend au creux de la main qui tremble <o:p />



    A coté du cœur palpitant à l'idée d'être ensemble<o:p />



    Loin des flux et reflux des morts<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite......<o:p />



    <o:p> </o:p>



    La suite se perd dans les pièces si obscures de ma vie<o:p />



    Au milieu des rêves et des forteresses qui s'effondrent<o:p />



    Cherche la vie au milieu des ombres <o:p />



    Tenaces compagnons de mon être en furie<o:p />



      <o:p />



    1 commentaire

  • Confident des plus fidèles, le silence vous écoute
    Il est là, derrière vous et attend l'instant
    Où vous irez vous reposer sur le bord d'une route
    Afin de mieux comprendre le pourquoi du moment

    Le silence c'est cette main qui vous étouffe
    Quand vous n'avez plus rien
    Que vous-même pour vous regarder le matin
    Quand dans votre jardin, plus rien ne pousse

    Compagnon des plus terribles tragédies
    Il est l'unique témoin d'un cri dans la nuit
    Il ne peut rien dire, il est muet
    Il le sait, il doit garder ses secrets

    C'est ce matin d'hiver où je voyais mourir ma mère
    C'est cette petite éternité face à la Faucheuse
    C'est la perte de son fils, de son père à la guerre
    C'est se sentir impuissant quand elle est malheureuse

    C'est la voix des Hommes qui s'est tue
    C'est ce moment où je t'ai perdu
    C'est cette maladie qui t'a vaincue
    C'est cet enfant qu'on n'a pas eu

    C'est la langue de la démocratie bafouée
    C'est la souffrance d'un peuple oublié
    C'est la lâcheté des Hommes face à eux même
    C'est l'écrivain chinois privé de ses poèmes

    C'est quand vous ne croyiez plus en rien
    C'est l'étoile noire dans les cieux élyséens
    C'est la peur de l'athée à l'heure de vérité
    C'est le sang des poilus qui coule dans la tranchée

    C'est la parole de l'amoureux
    C'est les mains qui se joignent dans un élan joyeux
    C'est ce premier matin que l'on découvre à deux
    C'est ces prémices, cette tendresse dans les yeux

    Dans le tombeau de l'enfant mort
    Le silence se brise en mille et une étoiles
    Transformant la caisse de bois en un bateau à voiles
    Laissant notre petit mousse voguer vers le trésor..........



    votre commentaire
  • Afrique

     

    Oubliée des Dieux, oubliée des hommes,

    L'Afrique n'est plus que son propre fantôme.

    Léopold Sédar Senghor en pleure encore dans sa tombe,

    Malgré ses poèmes elle est toujours dans l'ombre.

     

    Afrique

     

    Les enfants ont disparus depuis longtemps déjà,

    Pour laisser place à de petits adultes mourrant du sida.

    Et pourtant, ils ont toujours le sourire,

    Ne se plaignent plus et vont mourir.

     

    Afrique

     

    On est capable d'envoyer un homme sur la lune,

    On est capable aussi d'en laisser plusieurs sur la dune.

    On est capable de s'émouvoir devant tant de détresse,

    On est incapable de se dire « je reste »

     

    Afrique

     

    Et malgré tout cela l'Afrique est belle.

    Ses nombreuses tribus et ses peuplades, 

    Nous racontent à leurs façons leur Iliade.

    En dansant et chantant sur des rites de l'Ancien Temps

     

    Afrique

     

    L'Afrique c'est un bourdonnement de chaleur,

    L'Afrique c'est une merveille aux milles saveurs.

    L'Afrique c'est aussi un cri de douleur,

    Qui s'arrête aux portes de notre peur.

     

    Afrique.........

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Courir.....

     

    Courir après la vie, cet éternel défi.

    Courir contre le temps, courir jour et nuit.

    Courir après le salop, le traître,

    L'écorcher vif, le faire disparaître.

     

    Courir.....

     

    Courir main dans la main, yeux dans les yeux.

    Courir après l'amour, courir après le toujours.

    Courir pour sauter le plus loin possible, se sentir invincible,

    Courir pour découvrir l'indicible.

     

    Courir.....

     

    Courir dans la vie pour marcher dans la mort,

    Courir après la lumière, après les remords.

    Courir dans le désert pour faire voler le sable,

    Courir dans la nuit après une étoile.

     

    Courir.....

     

    Courir après elle, lui dire que je l'aime,

    Courir avec Proust à la recherche du temps.

    Courir après une réponse qu'on n'aura jamais,

    Mais courir quand même parce qu'on a la haine.

     

    Courir.....

     

    Courir pour crier, se défoncer, s'arracher du sol.

    Décoller, foutre le camp, tout abandonner.

    Etre une fusée, pénétrer le ciel, le rougir

    De son sang, de sa rage, de sa violence.

     

    Courir.....

     

    Courir pour aller trouver  le silence,

    Courir pour ne plus s'arrêter.

    Courir pour se faire exploser le cœur,

    Courir pour en finir, courir pour mourir

     

    Mourir.....

     

    Mourir pour se reposer, s'arrêter et réfléchir

    Un instant, juste un moment d'une petite éternité.

    Et partager ce qu'on peut quand on ne peut plus.

    Refermer le tombeau, fermer ses yeux

     

    Et partir.........


    1 commentaire
  • La haine...

     

    Elle est le fruit de la peur, de la tristesse

    Elle est le bras vengeur de la folie

    Elle est celle qui fait fuir nos amis

    Elle est la tumeur, elle est le malheur

     

    La haine...

     

    Mon amie est morte à l'instant

    D'une longue maladie, d'un terrible combat

    Elle est partie rejoindre l'au delà

    La haine est venue me voir à ce moment

     

    La haine...

     

    Elle voulait que je trouve un responsable

    Que j'explose de violence, que je vomisse l'humanité

    Que je crache à la figure du réconfort et de la mansuétude

    Que je me fasse du mal et me noie dans mes turpitudes

     

    La haine...

     

    Elle voulait empêcher la paix de revenir

    L'amour des autres ? Elle n'en voulait pas

    La haine est têtue, elle ne se rendra pas

    Alors je me tue, mais elle a gagnée :

     

    Elle a fait de moi un meurtrier................

     

    La haine...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique